1 octobre 2020

Ensilage de maïs : quelques règles essentielles de prudence sur la route

 

 

Tracteur avec remorque

Avant de partir :
- Régler les rétroviseurs et nettoyer les vitres de la cabine.
- Contrôler l’efficacité du freinage.
- Vérifier le fonctionnement des différents feux et s’assurer qu’ils restent propres durant le chantier.
- Placer un gyrophare sur la benne, si celui du tracteur est masqué par les rehausses : le gyrophare doit être visible à 50 m tout azimut.
- Expliquer les différentes fonctionnalités de votre tracteur aux chauffeurs occasionnels.
- Penser au triangle de présignalisation, en cas d’immobilisation sur la route.

 

Signalisation du chantier

A la sortie des champs, l’accumulation de terre et de débris végétaux crée un grave danger de dérapage. La mise en place de panneaux “chaussée glissante”, “boue” ou “danger” signale l’existence du chantier et incite les automobilistes à ralentir. Ces panneaux doivent être placés suffisamment loin de part et d’autre des sorties du chantier : 150 m en amont et aval de la section glissante ; s’il s’agit d’une côte ou d’un virage, les placer avant le sommet de la côte ou le virage.

Respecter les infrastructures

Les engins agricoles sont de plus en plus lourds et encombrants : quand cela est possible, organiser un circuit à sens unique pour limiter les croisements, sources de pertes de temps et parfois causes de dégradation des fossés et bas cotés. Les sorties de champs sont mises à rude épreuve, si la météo n’est pas de la partie : vous avez obligation de les remettre en état pour assurer un bon écoulement des eaux naturelles l’hiver (busage affaissé, tête de buse bouchée).

 

Nettoyage des routes

La mise en place d’une signalisation ne donne aucune priorité et ne supprime pas la responsabilité en cas d’accident. Le nettoyage est obligatoire en fin de chantier (tonne à lisier, balayeuse, ...). Les
personnes qui interviennent directement sur la route doivent être équipées d’un baudrier fluorescent.

 

 

Anticipation et courtoisie

Les engins agricoles, mais ils ne sont pas les seuls (voiturettes, cyclomoteurs, cyclistes, poids lourds, ...) n’ont pas toujours la cote auprès des automobilistes. Cela peut entraîner des comportements dangereux de la part des autres usagers de la route, qui n’hésitent pas à dépasser dangereusement. Gardez votre calme et faites preuve de courtoisie en facilitant les croisements et les dépassements :
garez-vous sur l’accotement et arrêtez-vous si nécessaire. Le “tourne à gauche” est une source
importante d’accrochages ou les torts vous sont souvent attribués, malgré un comportement parfois irresponsable du véhicule qui vous dépasse : avant de vous engager, vous devez vous assurer que les automobilistes, les motards ou les poids lourds, qui vous suivent de près ou de loin, ont bien vu votre manœuvre.

 

Responsabilité et sanctions encourues

En application du code de la voirie routière (article R 116-2), toute personne qui dépose sur la voie
publique des substances susceptibles de nuire à la sécurité publique peut être condamnée à divers
titres.

• En l'absence d'accident, le code de la voirie routière prévoit une amende pour contravention de 5ème classe prévue par l'article R 610-3 du code pénal. L'amende est de 1500 euros au plus, et peut être portée à 3000 euros en cas de récidive.

 

• En cas d'accident, le responsable du dépôt de boue peut être condamné à titre civil ou pénal :

- Action civile : le responsable sera condamné à réparer le préjudice en versant des dommages et intérêts à l'usager victime de cette boue (articles 1382 et suivants du code civil) ;

- Action pénale : le responsable sera condamné sur la base du code pénal en fonction de la gravité (décès, blessures, incapacité de travail...). Les peines pourront se composer de peines d’emprisonnement (article 221-6 du code pénal).